• Anna Galley

Vertiges de Ménière et ultratrail : "Nos seules limites sont celles que l'on s'impose"

Hier soir, j'ai terminé la lecture du livre : "L'ultratrail m'a sauvé la vie", de Sébastien Climent.


Un livre coup de poing pour toutes les personnes atteintes de la maladie de Ménière.

Tout commence plutôt bien pour Sébastien, avec une remise au sport. Tout d'abord avec un petit challenge personnel et familial : une course en vélo, en souvenir de Manolo, son grand-père. Après le vélo, voici venir la course à pied qui l'entrainera d'un 10 km à un semi-marathon.

Puis c'est la descente aux enfers. Un premier vertige, lors d'une journée normale en famille.. puis une second.. Sébastien nous relate sa rencontre avec la maladie. La difficulté d'avoir une explication médicale sur laquelle s'appuyer. Difficulté amplifiée par le fait de rencontrer des médecins qui ne comprennent pas, et parfois ne font pas vraiment preuve d'empathie.

Des crises de vertiges qui l'amènent à passer des journées allongé pour se remettre. Qui l’empêchent de trouver un emploi, ou même de s'occuper de son fils comme il le souhaiterait. Sans parler de tous les impacts sur son couple, qu'il nous détaille avec pudeur et honnêteté.

Et pourtant, Sébastien continue la course.

Je pense à tous les clients que j'ai vu et qui me parlaient de leur maladie... j'imagine alors combien il doit être difficile d'aller courir dans cet état. Quand ce ne sont pas les crises qui vous font tanguer, c'est la fatigue physique qui empêche de mettre un pied devant l'autre.


Qu'importe pour Sebastien, il nous le dit "abandon ne fait pas partie de son vocabulaire".

Son aventure continue dans le trail et l'ultratrail.... jusqu'à un Ironman de folie (3,8km de natation en entrée, 188km de vélo pour le plat de résistance, et un marathon en guise de dessert... le mec est fou c'est sûr, mais tellement inspirant!)

On suit notre coureur dans ses doutes, ses espoirs de voir la maladie reculer pour le laisser respirer... jusqu'à son acceptation totale. La conclusion est juste sublime.


J'ai aimé ce livre pour la force mentale dont fait preuve Sébastien. C'est dingue de voir jusqu'où l'humain peut aller. Ça me rappelle encore une fois toutes les capacités enfouies que l'on n’utilise pas ou pas assez.

C'est un livre espoir et ressources, pour toutes les personnes atteintes de cette maladie, qui voient leur monde vaciller au fur et à mesure des crises.


Je finis cet article avec cette belle idée, que Sébastien Climent a trouvé dans le livre "Changer d'altitude", de Bertrand Piccard :


"L'auteur [Bertrand Piccard] défend cette idée que l'aventure au sens courant du terme, est une crise que l'on accepte, et que la crise - s'entend la maladie, un chagrin d'amour, la perte d'un être cher - est une aventure que l'on refuse"

    Coaching    
H y p n o s e

'Quoique vous puissiez faire ou rêver de faire, commencez-le'  

Fabrice Grinda

  • Blanc Icône Instagram
  • White Facebook Icon
  • White LinkedIn Icon

Siret : 823 087 408 00022

APE : 9609Z

  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon