• Anna Galley

Émotions : quand la peur prend le pouvoir

La peur, cette émotion qui a la capacité de nous figer complètement. Qui fait que notre cerveau part en vrille à une vitesse faramineuse. Qui nous fait faire n'importe quoi.


Comme toute émotion, la peur a un message pour nous. A la base le message "c'est attention, danger" !

Le problème est que nous, gentils humains, ne sommes pas à l'écoute de nos émotions. Nous avons pris l'habitude d'enfouir tout ce qui ne nous plait pas. Je généralise on est d'accord. Mais le principe est là. Souvent, quand nous ressentons des émotions dites "négatives" (on l'aura compris je ne valide pas du tout le terme de négatif), on enferme tout ça. Genre "non, non, il ne s'est rien passé, pas de soucis, tout va bien".

On essaye de se faire croire que tout est ok, qu'on peut continuer à avancer quoiqu'il arrive. On devient une sorte de super héros, qui a tellement de choses à faire, si importantes, qu'on ne peut pas se poser et écouter les messages de notre corps et de nos émotions. Je ne compte plus le nombre de clients qui arrivent en me demandant d'apprendre à "contrôler leurs émotions" (ce qui veut dire en réel : "enlevez moi toutes mes émotions svp")



Le problème quand on fait ça, c'est que les émotions ne partent pas.

Non.

Elles passent en mode cocotte-minute.

En fait, c'est comme si vous étiez chez vous, tranquille, et il y a un mec qui frappe à la porte. On va dire que c'est l'inspecteur du fisc, pour la beauté de la métaphore. Il frappe tranquillement, au début. Vous, vous regardez par le judas.

Et vous vous dites "et merde, je l'avais pas prévu celui-là, je croyais avoir payer mes impôts tout ça. Attend, je vais être plus malin que tout le monde, je vais aller, sans faire de bruit dans la chambre me planquer". Ni une, ni deux, c'est ce que vous faites. Mais dans votre précipitation vous faites tomber un verre sur le carrelage, qui éclate en 1000 morceaux.

"Merde, tant pis on garde le plan A, go la chambre".

On est tous d'accord que Michel, dehors, n'est pas débile : il a entendu le verre se briser. Il frappe donc plus fort en vous appelant. Et il va continuer à frapper, de plus en plus fort. Jusqu'à venir défoncer la porte avec deux gorilles pour vous faire payer ce que vous devez.



Ok je me suis possiblement cru dans un film.

Bref je vais pas vous expliquer la métaphore. Ou si, je vais le faire --> plus t'enfermes tes émotions, plus elles prennent de la place.

C'est tout à fait humain de réagir comme ça. Je suis quelqu'un qui a très souvent peur, de pleins de trucs qui n'arriveront jamais, et mon premier réflexe est aussi de tout enfermer bien loin de ma conscience.

Mais ça ressort à un moment ou un autre, bien fort. Trop fort.

Et petit plus sympa de la peur : elle se généralise.

Je vais prendre un exemple : la peur des chiens. Au début, on a peur d'un seul chien. Vous savez celui qui aboie et vous surprend à chaque fois que vous passez devant cette maison?

Alors vous vous dites : "je vais arrêter de passer devant cette maison de l'horreur". Et là le cerveau fait une association : si mon humain arrête de passer devant, c'est que c'est vraiment dangereux. Donc les chiens sont dangereux. C'est le début de la fin. Parce qu'au final, on aura peur de tous les chiens.



Ce n'est plus vous qui décidez, c'est la peur. C'est elle qui va guider une partie de vos choix.


Quelques pistes pour sortir de cela :

  • La première, que je vais beaucoup répéter dans ces articles : l'acceptation. Lorsque vous ressentez une émotion : acceptez là, vivez là. Si vous ne pouvez pas la vivre tout de suite (parce que ce n'et pas le lieu ni le moment) ok, mais au moins prenez conscience qu'elle est passée.

  • Prenez du recul : pour cela vous pouvez pousser le scénario négatif jusqu'au but. Sur mon exemple de chien : "qu'est ce qui peut m'arriver de pire? Est ce qu'il y a de réels risques que ça arrive? Si oui combien en pourcentage? Qu'est ce que je peux mettre en place pour que ça n'arrive pas? "



Et vous, comment vous réagissez face à la peur? Quelles sont vos astuces?



    Coaching    
H y p n o s e

'Quoique vous puissiez faire ou rêver de faire, commencez-le'  

Fabrice Grinda

  • Blanc Icône Instagram
  • White Facebook Icon
  • White LinkedIn Icon

Siret : 823 087 408 00022

APE : 9609Z

  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon